evasion Index du Forum
 
 
 
evasion Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Pensées en vrac...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    evasion Index du Forum -> plateforme -> Textes, poésie, réflexions...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Sam 7 Mar - 14:31 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

J’ai une bonne nouvelle : il paraît qu’on a le droit de vivre ! Razz Comment faire ? Shocked

Se faufiler dans les méandres des compilations virtuelles de la société industrielle ? Cracher son venin quand ça ne va pas trop bien ? A l’encre de Chine, faire des arabesques et dessiner l’aMOUR pudique en toute publicité ? Dieu est-il laïc ou mosaïque ? La vie, une religion pour les cons ou juste une étude de lettres et de chiffres ? Mieux : un conte en banque qui jongle avec noblesse sur les théorèmes des je t’aime avec intérêt ?

L’informatique : moderne relique de nos esprits prosaïques, prose à hic, pro-zaïk... rendre informe les tiques... ou l'éthique... Nostalgie du sourire d’une plume plaquée or, inspirée par la plume rousse d’un coq ou d’une poule poète qui prend la parole car dans les poulaillers, il y a une pénurie de vers... remplacés par des mines de carbone anti-vermine ! Heu, il s’agit juste d’un jeu de mots pour nourrir des cloportes hermétiques parfois sympathiques...

La nature est chim : les d’jeuns arrivent et bousculent les zidées reçues d’on ne sait zou !
Des croquettes à manger, en plaquettes aseptisées dans les pharmacies de quartier... J’ai une carte vitale, pour ne pas mourir trop vite : faut encore essayer (d’y croire) et empêcher les autres de sombrer avec soi dans le despote désespoir du trou noir qui grignote les destins en mêlées de nos rudes vies.

La génération des cartes à tout faire : carte blanche, carte bleue, master card... carte à jouer, carte IGN, carte postale, carte virtuelle, carte post-mortem... Au menu, sur la carte : amour en désert et violence à crédit : c’est ça la vie ?

Rires et sourires ( ?). La plume s’envole et survole des lignes parallèles relativement rectilignes. Elle chante des mots, démo... démo-cratie. C’est quoi la cratie ? C’est faire des crasses ? Qui a inventé ce bout de mot qu’on rajoute partout, comme une étiquette qui colle les mauvais élèves, les moutons non conformes aux mouvements en vogue du moment ? Proutocratie, bobocratie, poetocratie, pauvrocratie, sociocratie, handicapocratie, démagogocratie...

Rirocraties forcenées : chaînes de télé oblige. La bonne parole via les antennes paraboliques... Ma prison est débranchée mais je reçois sur mon antenne interne, des émissions d’ondes contradictoires. L’amour en prison ça donne quoi ? Les barreaux en fer joliment et finement forgés sur mes yeux aveuglés d’obscurité me font une drôle de sensation virtuelle...

Une plume. Une plume. Une plume et une bulle d’encre - comme une bulle de 'savons', du verbe savoir… pour décrire et laver les saletés de nos cœurs qui débordent de contradictions contradictoires.

Le noir n’est pas que le désespoir. C’est aussi un ramassis de couleurs mélangées, privées de lumière. Mais la page blanche est là... elle attend chaque mouvement plus ou moins gracieux, plus ou moins crapuleux de celui ou celle qui actionne sa plume.

zeb


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Mar - 14:31 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alaniel


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 11

MessagePosté le: Sam 7 Mar - 21:44 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Houla, Zeb, ça n'a pas l'air d'aller au top...

Tu sais, pour commencer à vivre, il faut commencer à s'en donner les moyens. Et en gros une vie c'est quoi? Une date de naissance, une date de mort et ce que tu as réalisé antre les 2. Car ce que tu penses ne dure pas. Seuls les actes comptent.

Donc pour vivre il faut commencer à se fixer un cap, un but, car comme il est dit par je ne sais qui, l'homme qui ère sans destination est toujours perdu...
Ensuite oser se donner les moyens de ses ambitions. C'est là où la première étape est importante. Car la plupart des gens se fixent des objectifs soit trop démesurés et abandonnent avant d'avoir franchi la moitié du chemin vers leur but, soit partent vaincus d'avance et abandonnent avant d'avoir commencé. Qui a dit que le fait de vivre était une chose simple? Pas moi en tous cas...
Après viens la phase d'atteinte du but. La pression diminue, On peut se reposer un temps en savourant sa victoire, pour reprendre des forces et se fixer un but plus grandiose.

L'essentiel pour vivre est de ne JAMAIS perdre espoir. Même si on échoue, toujours tout mettre de son côté, et faire comme si le but était déjà presque atteint.
Écoute les autres mais sans perdre de vue ton objectif, et ne te laisse pas décourager par les jaloux. N'écoute que les sages.

Et remplis ta vie d'un tas d'amitiés, d'apprentissages de toute sorte, et comme ça, le jour où tu feras le bilan de ta vie, au moins t pourras dire "au moins, j'ai fait ce que j'ai pu"... Après tu n'es pas seule, et des fois le hasard se met de la partie pour te pourrir la vie. Mais peu importe. Si tu n'y arrive pas en un jour, fait ce que tu peux et repars le jour suivant...
L'essentiel n'est pas dans le chemin qu'il reste à parcourir mais dans le chemin que tu as déjà parcouru. Et peu importe si d'autres te devance, chacun avance pour lui-même, même si des fois l'entraide est bien utile,
_________________
Jean-Michel de mon vrai nom...


Revenir en haut
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Sam 7 Mar - 22:07 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Salut Jean Michel et merci pour ton message d'encouragement. En fait ce texte n'est pas d'hier. Je vais à la recherches d'anciens textes, d'anciens états d'âme... Je suis plus discrète sur ce que je ressens au présent - justement pour éviter de présenter mes faiblesses, à des personnes qui auraient envie de me freiner dans mon évolution ou qui s'en serviraient pour m'affaiblir davantage. Mes tranches de vies au passé, ça me fait un peu comme si je ressortais des veilles photos... C'est marrant. En relisant celui là, je me suis dit : tiens... j'avais de l'humour même quand j'étais au plus mal... Tout comme en revoyant mes anciennes photos, je me suis dit : finalement, je n'étais pas si mal que ça étant jeune !
Aujourd'hui, j'arrive à mieux contenir mes excès de négativité, mes angoisses et effectivement le jugement des autres peut nous nuire. Faut apprendre à passer outre, comme tu dis. Cela demande des années !
Je fais ce que je peux et pour dompter certaines pensées, c'est un quelemeilleurgagne de longue haleine !


Revenir en haut
Alaniel


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 11

MessagePosté le: Dim 8 Mar - 22:50 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Pas forcément vraiment passer outre, simplement les écouter, s'en détacher un peu et se dire que ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres. Après réfléchir sur la pertinence de chaque idée forte amené par cet avis.
Personnellement j'accorde beaucoup plus d'importance à ce que disent de moi des personnes qui ne m'aiment pas que l'avis de gens qui m'adorent, car dans ce dernier cas, les amis cherchent à te ménager pour que tu leur conserves leur amitié... L'ennemi ne s'embarrasse pas de telles subtilité et parle beaucoup plus franchement. Après il faut faire le tri, car un ennemi a un défaut : il essaye de nuire par tous les moyens possibles, y compris en mentant... Donc il faut ensuite ne pas hésiter à demander un avis d'une personne neutre. Sur le ton de "On me reproche d'être comme ceci ou comme cela, toi, tu en penses quoi?".

Il est bon aussi dans notre société basée sur le bruit d'apprendre et l'activité frénétique de s'accorder des moments rien qu'a soit, pour faire le point.
Et pour rebondir sur ce que tu disais plus haut, le vide ou les ténèbres peuvent servir aussi à apprendre à se protéger de ses démons. Ils peuvent aussi être protecteurs, si tu arrives à faire la paix en toi.

Et je crois que tu te trompes qd tu dis
Citation:

Je fais ce que je peux et pour dompter certaines pensées

Une pensée ne peux pas se dompter. Il faut simplement l'écouter, puis dédramatiser. Ce n'est qu'une pensée, et sans action pour l'alimenter, elle ne te touchera pas. Ensuite essayer de trouver pourquoi cette pensée négative t'es venue. Qu'es ce qui a été le déclencheur, et cette pensée s'est construite à partir de quoi.
Par exemple imagine que tu n'arrêtes pas de penser "je suis nulle" ou "je n'y arriverais jamais". Ces pensées ont sans doute comme fertilisant une suite d'échecs dans ta vie ou des personnes chères qui te les ont dit et répété. Partant de là, il est facile de leur tordre le cou, car je doute que toute ta vie ne soit qu'une suite d'échecs. Concentre toi sur tes réussites, et dit toi que cette fois là, non seulement tu vas faire ce que tu veux entreprendre mais qu'en plus tu feras tout pour que ce ne soit pas un échec.
Et en raisonnant comme ça, tu auras transformé une pensée négative en moteur pour se battre et réussir.
_________________
Jean-Michel de mon vrai nom...


Revenir en haut
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Lun 9 Mar - 04:37 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Tu dis que j'ai tord... mais dompter ses pensées... c'est ce que tu décris en partie !
Code:
Pas forcément vraiment passer outre, simplement les écouter, s'en détacher un peu et se dire que ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres. Après réfléchir sur la pertinence de chaque idée forte amené par cet avis.

Dompter un animal, pour moi ce n'est pas lui faire violence, c'est l'observer, le respecter, comprendre, établir un contact et trouver le moyen de calmer sa propre peur face à ce qu'on imagine, juge, croit de sauvage en l'animal... pour pouvoir trouver le meilleur moyen de cohabiter avec, de jouer avec ou de vivre avec de la meilleure manière qui soit. Et c'est un combat. Combattre ses peurs, c'est ce qu'il y a même de plus dur parfois parce que la peur peut se nicher partout et paralyser même parfois certaines fonctions vitales, et grossir... et se généraliser au point de se transformer en angoisse terrible.

Tu vas me dire qu'on ne combat sa peur... qu'il faut essayer de comprendre d'ou elle vient etc. Moi je dirai la dompter. Après, il faudrait décrire ce que les mots nous renvoient au moment où on les emploie et en fonction de sa propre culture. Si je regarde les synonymes de ce mot, je trouve :
Code:

apprivoiser, asservir, calmer, commander, contenir, contrôler, domestiquer, dresser, forcer, maîtriser, mater, plier, soumettre, surmonter.


dedans je choisirai : apprivoiser, calmer, contenir, et en partie contrôler (contrôle réciproque : de l'animal et de mes propres réactions)

Apprivoiser, synonymes :
Code:
adoucir, amadouer, assouplir, civiliser, domestiquer, dompter, dresser, éduquer, habituer, humaniser, soumettre.

là je prendrai : assouplir, éduquer, habituer, humaniser... la soumission étant aussi réciproque, car tout en restant à ma place d'humain, j'essaye de mettre en avant mes aptitudes animales pour établir un contact, donc l'animal a de ce fait réussi à me soumettre quelque part à lui... je lui accorde cela pour lui montrer que je respecte sa nature et que dans son domaine, dans sa fonction et son rapport à la nature, il a une supériorité sur moi. Ma supériorité réside dans ma force par rapport à la taille de l'animal et en fonction de mon aptitude à ne pas me faire bouffer par lui. C'est sur que je peux à tout moment priver mon animal de compagnie de nourriture ou le maltraiter... mais le fait de le maintenir en cage et donc de l'asservir, m'oblige à un rituel quotidien qui peut aussi être considéré comme un asservissement. Lui chercher à manger (choisir ce qu'il aime), nettoyer sa cage... si l'animal est doué de raison et si cette raison était similaire à celle de l'humain, il pourrait soit se considérer comme très important d'être l'objet de tant d'attention, ou être très frustré d'être privé de liberté. Mon animal passe du temps à m'observer et il réagit en fonction de son passé (car je ne l'ai pas eu depuis tout petit) et ce que je lui renvoie. Lui aussi doit dompter ses pulsions de peur. Car quand il avait peur de moi, j'avais peur de le prendre, j'avais peur qu'il me morde.
Et dans ce cas précis, j'ai du quelemeilleurgagne combattre la peur. Accepter ma peur, la sienne et tenter des approches du bout des doigts... l'observer... chaque jour revenir à la charge avec des gestes, des attentions gentilles pour qu'il comprenne que je ne veux pas le manger ni le brutaliser. Il a fallu aussi que je comprenne ses limites dues à son statut de rongeur. Et surtout, refuser l'idée que je ne pourrais jamais le prendre dans mes bras, hors de sa cage, pour lui faire des papouilles. Cette pensée est revenue plein de fois dans des moments de découragement. J'ai du quelemeilleurgagne me bagarrer pour la chasser, tout en me disant que malgré tout, si mon animal ne veut pas ou ne peut pas, je me suis engagée à l'accepter tel qu'il est malgré tout. Deux pensées opposées, aboutissant par moments à des phases de neutralité.


Revenir en haut
Gros Waf Waf


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2009
Messages: 11
Localisation: NOWHERE

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 01:21 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Bonjour Alaniel,

Je voulais te dire que j'ai lu attentivement tes deux réponses, et j'admire la sagesse qui se dégage de tes messages.

Un mélange de simplicité, de lucidité, et qui donne l'impression que ces sujets, philosophico réalistes, ont déjà été fait dans ta tête, et que tout ce que tu exprimes est clair et net pour toi. Comme s'il n'y avait aucun doute à avoir sur ce que tu dis, et qui flirte avec l'universalité du genre humain, par des démonstrations et raisonnements simples, mais efficaces.

En plus bref, ça me parle Smile

Moi qui suis un peu perdu en ce moment, tes paroles me sont d'un grand réconfort, et je vais les méditer, afin de retrouver une bonne orientation.

merci Okay


Revenir en haut
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 08:52 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Salut waf waf... tu es perdu en ce moment ? Tu en es où dans tes projets ?

Revenir en haut
Alaniel


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 11

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 14:41 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

(d'abord excusez moi de ne pas avoir pu intervenir beaucoup, mais j'ai aussi pas mal de choses à faire au niveau personnel...)

Merci du compliment, Gros Waf Waf. J'essaye simplement de vivre en accord avec ce que je pense. Heureux que ça puisse te servir.

Zeb, pour moi dans le terme dompter, il y a une forte connotation négative (de contrainte, de prise en main de l'animal contre son gré, etc). Moi je ne parle pas de dompter mais plutôt de collaboration.
Ce que tu me dis me fait penser à une anecdote. Un senseï (maître en arts martiaux) a un jour un élève qui clame qu'il est bien plus fort que son maître, qu'il pourrait lui-même enseigner, etc.
Le senseï sans se démonter lui dit "puisque tu es si fort que ça, vient à ma gauche." Cette position à côté du maître est convoité, car c'est la position des personnes très proches). Il vient donc à la gauche du maître. Puis un peu de temps passe, et le maître dit à son élève "Quelqu'un d'une telle valeur que toi doit avoir la place d'honneur. Met toi plutôt à ma droite". Et évidement l'élève vient à sa droite, qui est la position normalement réservée au successeur du maître. L'élève ne se sent plus de fierté, et devient insupportable. Alors le maître dit à son élève turbullent ceci : "Tu te dis meilleur que moi, mais qd je te dis de venr sur ma gauche, puis sur ma droite, tu t'exécutes. Qui est le plus fort de nous 2? Toi qui le prétends et qui suit prestement mes suggestions ou moi qui te dirige selon mon bon vouloir?".

Pour revenir au sujet principal, il ne sert à rien d'opposer la force à la force. Il n'en résulte que peurs et affaiblissement. Au niveau des combats personnels, il faut d'abord écouter ce que nos peurs, nos ressentits nous disent. Et ensuite, une fois que tu sais le pourquoi de ces peurs, que tu as compris leur racine, leur mode de fonctionnement, il faut non pas s'y opposer frontalement, mais flirter avec. Si par exemple tu as peur du vide et que tu te débrouilles pour qu'on te jete d'un pont, un élastique aux pieds, à mon avis ta peur va décupler. par contre si dans le même cas tu t'imerges progressivement dans la situatio, d'abord en regardant une photo de qqu'un au bord d'un précipice, puis ensuite une photo en vue subjective de la vue, puis ensuite de l'appomb, etc, petit à petit tu pourras regarder en bas de chez toi sans avoir les jambes en compote...
_________________
Jean-Michel de mon vrai nom...


Revenir en haut
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 21:42 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

ça me rappelle une de mes expérieces... une fois j'avais envie de faire un saut en parachute (en chute libre). On était trois à vouloir le faire. J'étais morte de trouille : je me suis entrainée dans ma cuisine. Je suis montée sur un tabouret et je m'imaginais que j'étais dans l'avion... et que les miettes de pain par terre, c'était des gens ou des maisons, je me souviens plus très bien. J'ai eu une espèce de frisson, j'ai réussi à avoir un début de vertige. Mais j'ai sauté !
Par contre une fois j'étais dans le sud de la France à Cassis, et en haut de la falaise, je n'ai pas pu sauter !!!
Pour moi, dompter, c'est un amadouage réciproque quand il s'agit d'un individu (animal ou humain).
Les mots ne veulent pas forcément dire la même chose pour tout le monde, c'est sur. C'est comme l'amour : si on intérroge dix ou mille personnes, on aura pas forcément tout à fait la même définition. Je n'ai pas envie de dire que j'ai tort ou raison.

C'est une manie très courante de dire tout le temps que l'autre a raison ou n'a pas raison, et ça me fatigue... Raison par rapport à un dictionnaire ? Même les mots dans le dictionnaire évoluent, ils s'enrichissent ou s'appauvrissent au fil du temps. Dans un contexte différent, une ambiance différente, certains mots ne seront pas compris de la même manière. Le ton, le style, l'intention peuvent en modifier le sens ou tout du moins leur interprétation.
yo yo
(tout comme un smiley au bout d'une phrase peut apporter une nuance à une explication... si j'avais mis tetatete ou pfffffffffffff ou zinzin ou encore drapeau blanc ... ça aurait peut être changé ta façon de recevoir mon message ?).


Revenir en haut
Gros Waf Waf


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2009
Messages: 11
Localisation: NOWHERE

MessagePosté le: Dim 22 Mar - 23:46 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

zeb a écrit:
Salut waf waf... tu es perdu en ce moment ? Tu en es où dans tes projets ?
Salut à toi,

Je suis essentiellement perdu sur un plan professionnel. Je suis au chomage, et lors de mon prochain entretien à l'anpe (en fait c'est plutôt une convocation obligatoire), je vais relancer ma demande de faire un bilan de compétences.

Ca serait l'idéal pour moi, pour à la fois tirer un trait (sans le renier non plus) sur mon passé professionnel, où je ne me sentais que moyennement satisfait, et pour trouver une voie qui correspondent plus à ce que je suis, dans ma nature, ce qui en accord avec moi même, et où je pourrais m'épanouir.

Le salaire n'est pas primordial pour moi. Bien sur, si je gagne un salaire plus confortable qu'un autre, ça peut jouer dans la balance des choix, mais j'accorde plus d'importance à un métier qui soit en accord avec ma nature.

Lors de mes études, j'ai fait des études de musique, puis ensuite un an d'audiovisuel. Une coupure s'est faite par la suite dans mon parcours professionnel, notamment avec mon service militaire.

Puis ensuite j'ai fait des métiers qui n'avaient rien à voir avec mes études, car je ne trouvais pas de débouchés dans ces branches là. J'ai été caissier vendeur dans un tabac presse jeu, pendant 3 ans, puis ensuite réceptionniste d'hôtel pendant 7 ans.

D'un côté j'avais la sécurité de l'emploi, un salaire correct, mais je ne m'épanouissais pas, ou de façon limitée. Les troubles psychiques que j'ai subit n'ont pas joué en ma faveur pour me sentir plus libre et heureux dans ces travaux.

Aujourd'hui, j'ai fait le tour de mes maladies psychiques, j'ai l'esprit libre, et je suis même capable de faire de la psychologie avec d'autres personnes tant j'ai accumulé de savoir dans mes recherches personnelles, qui au départ étaient dans un but premier de résorption puis dissolution des troubles.

Que puis-je dire d'autre ? Si vous souhaitez en savoir plus sur certains détails de cette réponse, vous pourrez me demander.

Mon rendez-vous à lieu le 28 avril, souhaitez-moi bonne chance.

tout baigne Embarassed


Revenir en haut
zeb
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 100
Localisation: région parisienne

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 04:51 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Salut,
On a encore le temps pour te souhaiter bonne chance... ça fait plaisir de te voir passer par là. Tu as une idée de la manière dont va orienter ton entretien ? Tu cherches des pistes ?
Moi pour ma part, je suis au ralenti. J'ai envie qu'on s'intéresse à mes projets. J'ai du mal à ne faire les choses que pour moi, mais quand je les fais en pensant aux autres, ils le rendent bien mal. Et en plus demander ne se fait pas, il faut attendre que les gens aient envie de venir vers vous, de vous parler, de vous proposer quelque chose. La bonne chose au bon moment... pas évident ces mécanismes de synchronicité quand on a bobo au psychique. Il faut tout le temps analyser, réajuster, stabiliser... patienter... du coup cela crée une espèce d'inertie qui peut devenir très pesante par moment. J'arrive aussi à me désembourber et à anticiper quand un virage arrive (faut dire qu'à la vitesse où j'avance, j'ai le tems de voir traverser un troupeau d'escargot traverser la route, et de fumer au trois clopes... Very Happy D'un autre côté, comme tu dis, le côté intéressant, c'est cette compréhension des choses que l'on développe. Mais il faudrait pouvoir utiliser ces connaissances. De quelle manière ? Dans quel cadre ? A quel rythme... Bah, il faut prendre les choses comme elles viennent.. D'ici le 28 avril, tu fais quoi ?
Cool


Revenir en haut
Alaniel


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 11

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 08:12 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

Gros Waf Waf,

Sortant de 3 ans de chômage, je sais comment est destructeur chaque jour qui passe. Je me rappelle aussi comme tout le monde m'énervait à me donner de "bons conseils" (du style "tu t'es inscrit en boite d'intérim?" ou autre "tu les relances?", etc etc) qu'en fait j'entendais à longueur de temps et que j'avais mis en pratique depuis longtemps, quand ce n'était pas de petites phrases assassines (du genre "mais je travaille, MOI" - en insistant bien sur le moi, histoire de bien te faire comprendre quelle larve tu es de ne pas travailler).
Donc je ne te donnerais pas de conseil, je ne te parlerais que de mon parcours.

Je suis chimiste de formation, profession que j'adore, mais malheureusement de plus en plus désertifiée à cause de la législation ouvertement écologiste. Moralité, TOUTES les multinationales partent dans les pays sous-développés où elles ont moins à débourser en salaires, et peuvent polluer sans contrainte, laissant sur le carreau des centaines de personnes...
Dans ce secteur, BEAUCOUP d'entreprises, en général petites à moyenne (entre 10 et 200 personnes) et très spécialisées font massivement appel à des contrats précaires.
Fin août 2005, après 9 ans d'intérim dans la même entreprises, je ne suis plus rappelé. Pendant 2 mois, j'ai vécu sans trop me tracasser, puis un troisième mois est arrivé, période inhabituellement longue, pendant laquelle j'ai cherché une place du même genre.
Deux an est passé, et toujours rien en vue. Je te passe les remises en causes, le moral qui joue les montagnes russes au fur et à mesure de tes démarches ou de tes réponses négatives (quand elles arrivaient), etc. Puis par famille éloignée interposée, je fais connaissance avec un haut responsable de Samofi-Pasteur à la retraite, qui essaye de me chaperonner. Je me dis que la galère est finie, qu'avec un tel levier, si je n'arrive pas à trouver du boulot, ... Il me branche avec des chefs d'entreprise, je me rend aux rendez-vous. Ils se montrent super coopératifs, faisant le tour de mes compétences et faisant aussi ressortir leurs besoins. Évidement à l'issue de ces entretiens, il en ressort qu'il me manque toujours qque chose, mais un va jusqu'à m'indiquer un stage à faire sur une technique d'analyse qui est très pointue et recherchée. Il n'y a qu'un hic... Le stage coute 1500€. Renseignement pris à l'ANPE, ils acceptent de le financer à condition que l'entreprise me prenne en stage pendant 3 mois, et qu'elle s'engage à m'embaucher à la fin du stage. Tout me semble aller sur des roulettes jusqu'au moment où... Le chef d'entreprise une fois dos au mur me dit qu'il n'a pas la taille pour prendre une personne en stage sur une si longue période, qu'il est désolé, etc etc. retour à la case départ...
Quasi à la même période, je me retrouve en fin de droit et que ma femme gagnant beaucoup trop (c'est à dire 1200€ nets mensuels), je suis indemnisé à hauteur de... 50€/mois... Je suis sûr qu'en me mettant à la porte d'un église et en tendant la main, j'aurais récolté plus... La situation est critique. Mais je continue mes démarches, cette fois en recherchant n'importe quoi. Mes rares économies fondent comme neige au soleil. Heureusement mes parents m'aident, sinon je me serais retrouvé à la rue.
Puis un jour, téléphonant à une boite d'intérim, au sujet d'une place de laborantin, j'ai droit à un mini entretien au téléphone. Ma femme vient de me plaquer, elle demande le divorce. Marre de galérer, avec moi, donc elle tente sa chance seule.
Une boite de cosmétiques cherche un "technicien de production" (pour ne pas dire ouvrier). Je fonce, et suite à un entretien de 2h, on me demande de revenir le lendemain. Je rentre donc le 28 août 2008 comme intérim dans cette entreprise (filiale d'une multinationale au départ japonaise. L'ambiance y est particulière et très stimulante. Puis enfin, en février 2009, je suis embauché en CDI. C'est pas un boulot de rêve, mais au moins il me permet de ne plus vivre de la charité étatique.

Tout ça pour te dire de ne pas te décourager, dans mon cas, j'ai décroché vraiment une place par hasard, mais essaye de faire de ton mieux, au moins ça te prémunira contre les reproches. Et même si tu n'as pas le moral, essaye de te tenir à une routine, que tu fais tous les jours, ça aide à garder le moral. Et essaye de te lever comme si tu allais au travail, la reprise se fera plus en douceur d'une part, et c'est plus simple de contacter une entreprise tôt (les gens sont plus disponibles, pas encore dans les soucis de la journée).
Ma routine était la suivante : classification des réponses négatives, (toutes mes démarches, je les notais sur un tableur, histoire de me souvenir qui je devais recontacter, etc) ensuite relance des réponses non arrivées après une semaine, ensuite recherche d'offres d'emploi sur un site par jour et enfin relance des boites d'intérim éventuellement.
Mais l'essentiel est de se dire que chaque jour où tu te lèves, est un nouvel espoir, et une nouvelle chance à saisir. N'écoute pas trop non plus les discours sinistres sur la crise. Le pessimisme ne conduit jamais à rien....
_________________
Jean-Michel de mon vrai nom...


Revenir en haut
Gros Waf Waf


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2009
Messages: 11
Localisation: NOWHERE

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 19:33 (2009)    Sujet du message: Pensées en vrac... Répondre en citant

merci pour ta réponse détaillée.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:50 (2018)    Sujet du message: Pensées en vrac...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    evasion Index du Forum -> plateforme -> Textes, poésie, réflexions... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com